Truites et Saumons en Irlande

Suir valley fishery

jeanlouptrautner@gmail.com - 00 353 52 61 32497 - 00 353 86 817 60 55

 

Les mouches à truites du printemps irlandais

En Irlande, le début du printemps est souvent froid et humide et la pêche à la mouche ne devient vraiment intéressante qu'à partir de la fin-avril. Les mois de mai, juin et juillet sont sans aucun doute les meilleures périodes pour la pêche à la mouche en sèche dans ce pays. Les eaux des grandes rivières profondes comme la Suir, la Nore et la Barrow dans le sud de l'île et des nombreux lacs (Loughs) sont toujours lentes à se réchauffer, et comme le cycle de vie de la micro-faune est intimement lié aux variations de température du milieu aquatique au sein duquel elle évolue, le nombre grandissant de journées chaudes accélère peu à peu le degré de son activité et de celle des salmonidés. Ce réchauffement printanier favorise aussi la croissance des herbiers, améliorant d'autant le gîte et le couvert des proies et des prédateurs.

En Juin, l'été approchant, les éclosions deviennent peu à peu plus fréquentes, plus soutenues et aussi plus variées. Les crépuscules tardifs et la proximité relative du cercle polaire (nuits claires) permettent aussi de pêcher en sèche jusqu'à une heure avancée de la soirée (23h et plus). Il est nécessaire d'avoir été le témoin privilégié d'un vrai coup du soir en Irlande pour bien se rendre compte de l'incroyable richesse de certaines rivières irlandaises. Certains soirs l'activité en surface est affolante, et la densité et la variété des éclosions successives déclenchent chez les poissons une frénésie stupéfiante. Toutefois, bien souvent, l'impressionnante densité de poissons se nourrissant activement en surface et la qualité des résultats de votre pêche sont curieusement inversement proportionnels... En effet, si, pendant ces soirées magiques il est fort possible de prendre plus d'une trentaine de truites, il est aussi fort probable que vous serez, à un moment ou à un autre, victime d'un "capot" retentissant, d'autant plus cruel que vous aurez souvent très bien pêché pendant plus d'une heure totalement encerclé par une cinquantaine de gobages avides...


Rassurez-vous... malgré de nombreuses années passées en Irlande... cette "infamie" m'arrive encore régulièrement et m'évite certainement d'attraper la "grosse tête" et de devenir à mon tour aussi didactique et blasé que certains.


L'une des raisons majeures de ces périodes creuses est directement liée à la pertinence de la sélection de vos artificielles. Bien que n'étant nullement sur-pêchés sur les parcours que je gère, il est très courant d'avoir affaire à des poissons très actifs mais néanmoins extrêmement sélectifs même au plus fort des éclosions. Il n'est pas rare, en été, d'être le témoin d'éclosions simultanées de 3 ou même de 4 types de phryganes de tailles et de tonalités totalement différentes. Certains poissons semblent alors s'installer exclusivement sur l'une de ces éclosions à l'exclusion de toutes autres, et dans ce cas précis seul le choix d'un modèle d'artificielle exact fera l'affaire. Si une phrygane grise est sur le menu, il est inutile de présenter une phrygane cannelle ou noire car vous ne feriez alors que quelques prises de raccroc... Par contre, le bon choix de couleur et de taille et une technique sans faille vous permettra sûrement à un moment ou à un autre de vous faire un gros plaisir.


Fin juillet et surtout au mois d'août, les truites ne sont vraiment actives que très trop le matin, en fin d'après-midi et surtout le soir, période magique pendant laquelle les grosses farios sauvages, se nourrissant la plupart du temps au fond et dans les herbiers, se laissent souvent tenter par quelques trichoptères se débattant en surface. Bien que jamais énormes, la plus grosse (6 livre 1/2) : poids vérifié par mes soins ayant été pris sur une phrygane par un de mes clients en août 95, les poissons de 2 et 3 livres de la Suir sont incroyablement combatifs et comme vous pourrez vous en rendre compte par vous-même... les casses sont fréquentes...


Le but du tableau ci-dessous est de vous indiquer quelles sont les principales éclosions estivales qui intéressent tout spécialement les truites irlandaises et de vous aider à remplir judicieusement vos boites à mouche en prévision de vos vacances de pêche en Irlande. Les mouches réputées traditionnelles, telles que les Peutes, Altières, Tricolores, A4, Etc. alliées aux montages simples et efficaces de Jean-Claude Lacan, lui-même un habitué de la rivière Suir en Irlande, vous permettront de faire face à pratiquement toutes les éventualités. Seules les éclosions de mini-caenis blancs vous feront découvrir les affres de l'impuissance halieutique... à moins que vous ne soyez capables de monter des mouches artificielles sur hameçon N° 36...


A vos étaux et bonne chance...

JUIN :


  1. Baetis scambus subimago (petite olive sombre) : Les éclosions ont lieu de juin à novembre avec un maximum en juillet et aout. Les émergences ont lieu en fin d’après midi jusque tard dans la nuit. Small Dark olive ; Kite’s Imperial ; Rhodani #18.

  2. Baetis scambus imago : Des retombées de spent souvent importantes peuvent avoir lieu le soir. Small red spinner ; Small pheasant tail #18

  3. Seratella ignita subimago (blue wing olive) : Les émergences de la plus commune des éphémères augmentent en densité pendant juin et juillet. Orange quill #14

  4. Seratella ignita imago (sherry spinner) : Coup du soir. Pheasant tail spinner #14

  5. Hydropsyche instabilis (Grey Flag) : Un des rares phryganes à émerger pendant la journée et en fin d’après midi de juin à fin aout. Phrygane grise #12

  6. Limnephilus lunatus (Cinnamon Sedge) : L’espoèce de trichoptère la plus commune et de ce fait l’une des plus intéressantes pour le pêcheur à la mouche. Les émergences ont lieu de juin à novembre principalement l’après midi et en fin de journée. Phrygane cannelle #12




JUILLET :


Même émergences qu’en juin, avec apparitions plus fréquentes des mouches suivantes :


  1. Baetis bioculatus subimago, imago : Bien que présente dès le mois de juin ce Baetidae se rencontre plus fréquemment au mois de juillet. Les émergences ont lieu de juin à octobre, la pêche du matin et de la fin d’après midi sont prédominante pendant les mois de juillet et aout. Pale Watery Dun et Pale Watery Spinner #16

  2. Procleon bifidum (Pale Evening Dun) : Comme son nom populaire l’indique, cet inscet émerge surtout en début de soirée. Pale Evening Dun ; Pale Evening Spinner #14

  3. Phrania grandis (grande phrygane rouge) : La plus grande phrygane apparaissant sur les eaux Irlandaises. présente de mai à la mi-aout, les émergences sont importantes dès la fin de l’après midi et génératrices de coups du soit mémorables. Great Red Sedge Murrough # 8 / 10

  4. Bibio johannis (bibio) : Emergent pendant la journée dans les portions rapides des rivières. Ces insectes terrestres se regroupent en véritables essaims qui forment des nuages noirs très dense au dessus de la rivière. Il existe aussi bon nombre de sous espèces plus petites (mini-moucherons/ Simulidés) qui présentent un grand intérêt pendant les journées estivales pour le pêcheur à la mouche.
    Au mois de juillet la pêche devient progressivement nettement meilleure en fin d'après-midi et durant la soirée jusqu'à des heures souvent tardives (23h et plus). Black gnat # 16 / 18 / 20




AOUT :


Mêmes émergences qu’en juillet avec en plus mes mouches suivantes:


  1. Apparition d’insectes terrestres tombés dans des arrbres ou poussés par le vent. La pêche tôt le matin ou en fin de journée donne toujours les meilleurs résultats.

  2. Apparition de fourmis ailées surtout lors des journées chaudes et humide du mois d’août. Black Ant ; Red Ant #18 Crane Fly ; Daddy long Legs # 8 / 10

La Suir et ses poissons      -      La Chasse à la palombe      -      Articles de presses      -      Infos Pratiques      -      Tarifs et Réservation            Les News      -      Les galeries      -      Liens