Truites et Saumons en Irlande

Suir valley fishery

jeanlouptrautner@gmail.com - 00 353 52 61 32497 - 00 353 86 817 60 55

 

Une mouche à saumon, à faire tourner les têtes

Si la plupart des pêcheurs au saumon français n'a malheureusement qu'un nombre limité de sorties de pêche pendant la saison et que la majorité de nos saumoniers en est réduite à s'offrir des vacances halieutiques à l'étranger, il est facile à comprendre qu'ils n'ont guère le temps d'innover et d'expérimenter pendant ces courtes rencontres annuelles avec Salar.

Cet état de fait est bien dommage car la pêche à la mouche est une permanente interrogation et elle vous force périodiquement à remettre en question vos croyances les plus solides, vos choix de techniques, de matériel à employer et surtout de mouches à utiliser.

Pour ma part, j'ai le privilège de vivre depuis 17 ans sur les bords de la Suir en Irlande et de pouvoir y pêcher le saumon pendant 8 mois de l'année. Ce terrain d'étude, perpétuellement à ma disposition, allié à mon tempérament inquisiteur et bricoleur font que cette année encore je me suis laissé tenté par une expérience nouvelle et certainement enrichissante.

Durant mon exil halieutique volontaire en Irlande je pense avoir essayé pratiquement toutes les mouches traditionnellement utilisées dans les îles britanniques et en Irlande, plus celles rapportées par mes clients de leurs voyages en Islande, Écosse, Norvège, Canada ou Alaska et aussi les montages des amis, sans oublier bien sur mes inventions personnelles. Un de mes amis, François Delaunay, globe-trotter de la pêche au saumon et un gentleman pêcheur d'une qualité rare revient me voir chaque année avec des idées innovatrices. Nous nous amusons beaucoup à les développer et ensuite à les essayer sur des pools que nous connaissons parfaitement. Variant du génial au délire, ces mouches ont presque toutes pris du saumon au fil des années, et si dorénavant seuls quelques modèles garnissent ma boite à mouche, c'est que l'expérience acquise sur la rivière Suir, me permet désormais de limiter mon choix à quatre modèles en plusieurs tailles qui semblent répondre parfaitement à mes besoins en fonction des conditions de pêche rencontrées pendant une saison de pêche. Si cette sélection réduite de modèles m'inspire toute confiance, je n'oublie jamais que l'une des qualités essentielle d'un pêcheur au saumon à la mouche est de savoir se remettre en question de temps à autre. Être face à face avec un adversaire à l'humeur tellement fantasque nous autorise toutes les libertés et certainement justifie de toutes les extravagances de montage. La pêche du saumon à la mouche est une merveilleuse opportunité de laisser votre imagination s'évader du carcan souvent imposé aux monteurs de mouches à truites et l'absence de règles rend les séances à l'étau extrêmement amusantes tout en satisfaisant l'âme.

J'avais lu, il y a quelques années, dans l'excellent livre de Hugh Falkus "la Bible du pêcheur au saumon", un paragraphe concernant l'utilisation d'anneaux ou de petits émerillons en tête des mouches à saumon destinés à augmenter la mobilité de la nage de la mouche, spécialement dans les eaux calmes, afin de rendre le leurre plus attractif et plus pêchant. L'auteur n'ayant pas eu le temps nécessaire d'expérimenter avec cette méthode, il recommande aux lecteurs intéressés, de faire des essais personnels et de tirer leurs propres conclusions des résultats obtenus.

Je n'ai pas manqué d'être tenté par tel challenge et cette année j'ai pris le temps de me remettre à l'étau. Néanmoins avant de monter un modèle d'artificielle, je crois qu'il est très important de garder en mémoire ce que l'on attend d'une mouche en action de pêche. Pour ma part, une bonne mouche doit d'abord me plaire esthétiquement, deuxièmement elle doit nager proprement et doit être ni trop rigide ni trop souple, un judicieux choix des matériaux généralement répond adéquatement à cette question, troisièmement elle doit être d'une taille modeste (comprise pour des mouches de base entre taille 10 et taille 4) car je suis de plus en plus persuadé que, tout comme à la truite où beaucoup plus de poissons se laissent séduire par des petites mouches que par des épouvantails, l'on prend plus de saumons dans une saison sur des petites mouches que sur des crocs à congre...

Fort de ces conditions, j'ai donc cherché à créer trois modèles distincts utilisant l'un un petit émerillon, l'autre un anneau fendu et le dernier une sorte de petite agrafe. Une fois réalisées, ces mouches articulées furent mis au banc d'essais durant la majeure partie de la saison 94 de la fin-mai jusqu'à la fin septembre. Les conditions de pêche furent en soie flottante et en soie en tête plongeante uniquement, l'utilisation d'une soie intermédiaire ou bien plongeante ne permettant pas d'observer d'une façon efficace la nage de la mouche sous la surface durant la dérive de celle-ci.

Les résultats obtenus m'ont permis de porter un jugement que je crois objectif sur les défauts et les qualités de ce genre d'artificielle. Je vais donc passer en revue les éléments nouveaux rentrant en jeu dans l'action de pêche à l'aide de cette "mouche articulée" et tenter de déterminer l'influence faste ou néfaste qu'ils ont engendré.

POIDS SUPPLEMENTAIRE
Tout d'abord, il est indéniable que l'agrafe, l'anneau ou l'émerillon rajoute du poids à la mouche. Ce poids supplémentaire fait plonger la mouche légèrement plus profondément et de ce fait empêche celle-ci de remonter griffer la surface comme cela arrive bien souvent avec des petites mouches en pêchant des courants vifs en soie flottante. Ceci élimine donc le besoin constant de faire des boucles amont (mending) afin de faire replonger l'artificielle. Notons au passage que la pêche à l'aide d'un rifle knot (nœud spécial permettant à la mouche de draguer en surface), chère à certains pêcheurs écossais, ne m'a jamais permis de prendre un saumon en Irlande. Ce poids supplémentaire n'est pas un handicap sérieux, car nombreux sont les pêcheurs qui montent des mouches légèrement lestées en tête à l'aide de fins fils de plomb afin de pêcher un peu plus profondément lorsqu'ils pêchent en soie flottante. L'emploi de ces mouches lestées permet de pas avoir à pêcher à l'aide de soies intermédiaires que je trouve assez déplaisantes à manier surtout avec des cannes courtes couramment utilisées sur les castillons au printemps et durant l'été. Cette légère surcharge peut devenir un inconvénient lorsque l'on utilise de très petites mouches (tailles 12/14) par eaux basses et chaudes, particulièrement en été, car l'impossibilité d'obtenir en Irlande de très petits émerillons rend alors la mouche un peu trop lourde en tête (Top Heavy). Cet inconvénient est largement compensé par la facilité et l'agrément de pêche accordée par une dérive légèrement plus profonde qui ne semble absolument pas empêcher le saumon mordeur de monter sur la mouche.

HAMECONS ET ACCROCHAGE
En ce moment, les seuls hameçons utilisés dans le modèle à émerillons sont des hameçons simples. La raison en est que ce sont les seuls sur le marché, à ma connaissance, qui possèdent un oeillet ouvert, non soudé, qui autorise l'insertion de l'émerillon. J'ai vite renoncé à utiliser des émerillons à agrafes s'adaptant à des hameçons multiples, ces derniers favorisant beaucoup trop le bouclage lors des lancers surtout par vents forts. Néanmoins il est possible d'utiliser des hameçons multiples avec l'anneau brisé et avec l'agrafe. Il est indéniable qu'avec des hameçons multiples on est victime de moins de décrochage et que l'utilisation de doubles ou de triples donne une meilleure action à la mouche durant sa dérive. Néanmoins, ce type d'hameçon nécessite une vérification fréquente de la mouche durant l'action de pêche car rien n'est plus facile que de boucler au cours d'un mauvais lancer ou bien au cours d'une journée venteuse.

En dépit de l'utilisation forcée d'un hameçon simple sur le modèle que je préfère personnellement (modèle à émerillon), cette artificielle articulée présente des avantages importants comparée à une mouche à hameçon simple traditionnelle. En effet j'ai pris cette année 14 saumons successifs (en plusieurs séances de pêche) sans un seul décrochage... Coïncidence peut-être ?... J'en doute. Le fait que l'hameçon peut effectuer une rotation de 360° explique qu'une fois piqué, le saumon n'a pratiquement aucun point d'appui direct sur l'hameçon et de ce fait les décrochages, accidents de pêche très fréquents lorsque l'on pêche le saumon, s'avèrent moins fréquents qu'avec des mouches traditionnelles. Cette liberté de mouvement dont jouit l'artificielle lui permet d'avoir une dérive plus réaliste lorsque l'on pêche les pools profonds et lents qui abritent souvent d'excellents postes à saumons dans la Suir. Ces eaux mortes qui réussissent souvent très bien aux pêcheurs aux engins métalliques, aux leurres ou aux appâts sont toujours difficile à pêcher à la mouche avec confiance et cette faculté de réagir à la moindre sollicitation du courant est un atout majeur car elle rend la mouche certainement plus pêchante surtout en fin de dérive, lorsque la mouche ralentit et perd de sa vraisemblance. Le poids en tête de la mouche permet à celle-ci de ne pas s'avachir et de pendouiller d'une façon peu attractive et une récupération de la ligne par petites tirées, créant une sorte de "dandinette", déclenche souvent l'attaque d'un saumon.

Cette méthode est bien évidemment en totale contradiction avec celle utilisée par les "vieilles mains" qui ne jurent que par l'utilisation d'une mouche reliée au bas de ligne par un noeud emprisonnant la tête de l'artificielle, réduisant de ce fait pratiquement tout mouvement latéral ou de haut en bas de la mouche. Néanmoins, l'expérience prouve qu'il existe plus d'une méthode pour prendre du saumon à la mouche et je dois avouer que j'ai été favorablement impressionné par les résultats obtenus grâce à cette méthode. Une autre école de pêcheurs utilise d'ailleurs depuis fort longtemps un nœud avec une boucle de Nylon libre rattachée à l'œillet qui donne à l'artificielle une certaine liberté de mouvement et rejoint de ce fait le principe de l'utilisation d'un émerillon ou d'une agrafe. Plus que toute autres facteurs nouveaux dans la pêche au saumon, je crois que ce désir d'accentuer la mobilité de l'artificielle se généralise de plus en plus et j'espère qu'il sera bientôt possible d'obtenir des émerillons parfaitement adaptés au montage de ce type d'artificielle.

BAS DE LIGNE
L'un des avantages de cette artificielle est que le système d'articulation permet d'utiliser un bas de ligne relativement plus fort sans pour cela sacrifier à la mobilité de l'artificielle. Cette méthode permet donc de pêcher avec de très petite mouche sans avoir à prendre des risques avec la solidité du bas de ligne. Avantage important lorsque l'on pêche sur une rivière où se prennent régulièrement de gros saumons qui se laissent souvent tenter par de très petites mouches.

LANCER
La mobilité accrue de la mouche peut poser certains problèmes de "bouclage" au lancer, surtout par vents forts, la mouche ayant tendance à accrocher le bas de ligne. Problème mineur si l'on considère qu'en action de pêche, il faut de toute façon vérifier sa mouche tous les 25 ou 30 lancers. Qui plus est l'utilisation de ces mouches articulées nous force à soigner nos posés, ce surcroît de concentration ne peut avoir qu'une incidence positive sur la qualité de notre pêche.

CONCLUSION
Je dois dire que mes amis et moi-même, nous nous sommes bien amusés pendant la grande majeure partie de la saison avec ce nouveau modèle de mouches à saumon. Ma préférée est sans aucun doute la mouche à émerillons qui permet une rotation complète de l'artificielle ce qui lui donne une nage très vraisemblable. De plus, pendant le combat avec le poisson, la mobilité totale possible de ce modèle permet de contrecarrer très efficacement les efforts du saumon cherchant à se libérer de l'hameçon simple. A ce sujet la tenue de l'hameçon simple utilisé dans ce montage spécial peut être certainement comparée à celle d'un triple. L'action de pêche, s'il elle nécessite de se concentrer un peu plus sur ses lancers, ne m'a pas gêné outre mesure. La dérive très vivante et très réaliste de la mouche compense très largement les petits problèmes de casting. J'ai sans aucun doute obtenu plus d'attaques lorsque la mouche est en fin de dérive, la soie parallèle à la rive, endroit où généralement la mouche traditionnelle perd beaucoup de son pouvoir attractif si elle n'est pas animée par des tirées successives. Le poids supplémentaire, loin d'être un handicap, a certainement facilité la pêche dans les courants semi rapides en tête de pool, le lestage accru empêchant les petites artificielles de remonter trop souvent en surface. J'ai de ce fait pu pêcher plus souvent en soie flottante qui est bien sûr la méthode la plus agréable au saumon à la mouche. Précédemment j'employais souvent dans ces eaux une soie à pointe plongeante afin de faire descendre un peu la mouche sous la surface. Moins de changements de soie nécessaires, une mouche qui de ce fait pêche plus longtemps dans la rivière avec comme conséquence directe plus de chances de tenter un saumon mordeur. C.Q.F.D !!

Jean-Loup Trautner©2000

La Suir et ses poissons      -      La Chasse à la palombe      -      Articles de presses      -      Infos Pratiques      -      Tarifs et Réservation            Les News      -      Les galeries      -      Liens